Mosaïque d'une vie

Autobiographie - 132 pages - 140x225

ISBN : 9782342017434


Construite comme une juxtaposition d'expériences, subies ou souhaitées, cette autobiographie décrit les événements historiques tels qu'ils ont été vécus par A. Pellier-Galdi, née juive avant la période troublée de la Seconde Guerre mondiale et rejetée à la période du communisme en Tchécoslovaquie parce qu'elle appartenait à la bourgeoisie. Émigrée au Canada, une existence différente s'ouvre devant elle, lui permettant de rattraper le temps perdu pendant les années sombres et de satisfaire son envie de goûter à tout ce qu'une vie peut offrir. De retour en Europe, un curieux mariage, qui se termine tragiquement, apporte une nouvelle pièce à cet assemblage dont le ciment est l'indéfectible optimisme et la force de caractère de l'auteur.
L'anticonformisme, c'est peut-être l'autre notion qui pointe à la surface de ce texte. Un terme qui peut être synonyme de marge et, en cela, ayant grandi dans une seconde partie de XXe siècle troublée, A. Pellier-Galdi a connu l'effroi, la mise au ban, le rejet... Mais il y a aussi un anticonformisme que l'on choisit et que l'on revendique... et celui-là transparaît aussi dans ce récit de vie qui dresse en creux, entre Est et Ouest, un autoportrait saisissant de modernité, d'audace et d'indépendance. Un texte en forme de bilan certainement, mais mené avec sérénité et sincérité – parfois avec une douce mélancolie...
Version papier : 15,95 €
Version numérique au format PDF : 7,99 €

L'AUTEUR



Née en 1930 à Budapest, dans une famille juive de la bourgeoisie hongroise, où elle a vécu la deuxième guerre mondiale avec sa mère divorcée, elle part vivre à Bratislava, en Tchécoslovaquie, après le conflit ; c'est là, et à Prague, qu'elle commence à travailler à 18 ans, après avoir dû apprendre le slovaque et le tchèque. En 1948, avec l'arrivée du communisme, elle connait, de par son appartenance à la classe bourgeoise, une période très difficile. Grâce à une ruse, elle parvient à rejoindre son père qui a réussi à s'échapper à Vienne avant l'invasion des russes. En 1956, elle se joint aux jeunes émigrants hongrois qui partent pour le Canada. Elle s'y installe et y travaille pendant cinq ans. Cependant ses origines lui donnent la nostalgie de l'Europe. Elle regagne l'ancien continent et travaille jusqu'à sa retraite au BIT, à Genève où elle réside encore aujourd'hui. Depuis sa retraite, elle se consacre à la peinture et à l'écriture, avec la publication d'un roman intitulé « La cage d'écureuil », un plaidoyer pour l'importance de la liberté d'expression. Elle s'est mariée à un musicien français qui a consacré sa vie au compositeur Joseph Kosma, dont la mise en musique des poèmes de Jacques Prévert, entre autres « Les Feuilles mortes », est universellement connue. Après le tragique décès de son mari par noyade, elle poursuit son œuvre en organisant, en commémoration de ce triste évènement, des concerts dédiés à Joseph Kosma.

DU MÊME AUTEUR

Meilleures ventes

Connexion

Fermer