Actualité
La Thématique du mois – La Poésie #1
30/06/2016
0

Cette thématique du mois sera donc consacrée à la poésie.

La poésie est un genre littéraire assez insaisissable : autrefois en vers, il admet aujourd’hui la prose, et les rimes ne font plus figure d’obligation. Chaque définition et fonction de la poésie varie en fonction de l’époque considérée.

La poésie peut donc s’écrire sous de nombreuses formes, versifiée, métrée (composée uniquement d’alexandrins par exemple), en vers libres, en prose, avec ou sans rime. Les calligrammes rentrent également dans la grande famille de la poésie. On peut aussi y inclure des essais encore plus particuliers, comme par exemple Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé.

  • Mais alors, comment reconnaître, comment définir la poésie ? Impossible !

Ce que l’on peut dire avec sûreté, c’est que ce genre fait la part belle à la mélodie des mots, à l’expressivité de la forme, à l’expression des sentiments et sensations. Si l’on connaît très bien les poètes français, il est bon de rappeler que le genre n’est pas limité aux seuls auteurs français : les haïkus par exemple est une forme poétique très codifiée japonaise. Edgar Poe est également célèbre pour ses poèmes, traduits par Baudelaire et Mallarmé.

Les poèmes tiennent donc beaucoup de la musique, on peut également souvent y voir un message y transparaître, qu’il soit émotionnel ou engagé.

  • Qu’en est-il aujourd’hui ?

Au XXIe siècle, nous avons assimilé et adopté les leçons du passé, et le genre est considéré comme étant moins codifié. Le vers n’est plus compté, pas forcément rimé, il oublie les traditions poétiques les plus rigides, les exigences stylistiques sont moins fortes, et la frontière entre poésie et prose peut parfois être plus floue, bref, nous sommes dans l’époque de ce que Jacques Roubaud appelle « le vers international libre ». Celui-ci s’est démocratisé et permet à tout un chacun d’exprimer ses troubles émotionnels (ou son bonheur, son amour) au travers d’un genre qui a vu les plus beaux textes de la langue française éclore.

Elle se caractérise par un oubli de la narration (ce qui n’a pas toujours été le cas, comme on peut se souvenir de Demain, dès l’aube de Victor Hugo ou encore Le Dormeur du val de Rimbaud, qui relevait d’une forme de narration, doublée d’une histoire qui se découvrait au travers des mots). Mais bien que très pratiquée, la poésie a aujourd’hui moins de succès médiatique et économique.

Elle s’étudie encore longuement dans le système scolaire, mais on n’étudie pas le vers international libre, plutôt la poésie « historique », celle des temps passés, son évolution et ses révolutions, portées par nos plus grands poètes.

Mais la poésie moderne et médiatique n’est pas morte : le slam peut être considéré comme une certaine forme de poésie, qui revient à la rime et au côté oral, qui était le propre de la poésie au Moyen-Âge. Or ce dernier est relativement présent lors de festivals, notamment incarné par Grand Corps Malade, qui participe à la médiatisation et la popularisation du genre. La poésie, et ses enfants et genres dérivés, est donc loin d’être morte.

Découvrez toutes nos thématiques du mois :

Cliquez ici

Connexion

Fermer