Actualité
PRESSE-Jean-Claude Vignaud, Et la Gartempe s’en est allée
22/03/2017
0

Le Populaire du centre consacre un article à Jean-Claude Vignaud auteur de Et la Gartempe s’en est allée.

Ancien professeur, Jean-Claude Vignaud partage sa vie entre Paris et La Croix-sur-Gartempe. Mais c’est bien le village de ses ancêtres qui l’inspire le plus. Après son premier livre paru en 2008, Marceline et les autres,  il publie Et la Gartempe s’en est allée. 

N’hésitez pas à lire l’article : ici 

À Propos du livre : 

 « Je n’appartenais pas à l’élite et mes initiatives devaient se limiter à celles que pouvait prendre un Allemand ordinaire. Je ne pouvais pas m’identifier au héros de votre romancier Vercors et demander à mon colonel de partir sur le front de l’Est. Il aurait ricané et m’aurait dit de veiller à ce que nos véhicules démarrent quand les Américains nous tomberaient dessus. Ce que je fis. Je n’ai été qu’un rouage de cette grande machine, infernale, je vous le concède… Mais, pour changer de sujet, juste un tout petit peu, que pensez-vous de ce portrait ?

Il aurait été difficile d’ignorer, en entrant dans le salon, le portrait, imposant par sa taille et son cadre, d’une grosse bourgeoise, allemande j’imagine. Portrait de facture classique si l’on était généreux, plutôt raté, si l’on considérait la crudité des couleurs, l’absence de nuances entre le rendu des chairs, abondantes, et des tissus qui servaient d’arrière-plan.

— Vous aimez ?

— Très sincèrement, non. »

Si le lecteur retrouvera dans ce recueil La Croix-sur-Gartempe, le petit village de Haute-Vienne au centre de « Marceline et les autres », il voyagera également, dans le temps comme dans l’espace. Du XIVe siècle aux souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, en passant par la nouvelle policière ou la fantaisiste « Femme sans tête », Jean-Claude Vignaud, en bon conteur, nous emmène là où il veut avec une aisance déconcertante.

 

 

Connexion

Fermer