Actualité
La Parole aux auteurs – Dominique Julien-Labruyère
11/12/2016
0

Aujourd’hui, les Éditions Publibook vous propose une interview de Dominique Julien-Labruyère, auteur de Sans Effraction, meilleure vente du mois !

  • Avez-vous toujours eu envie d’être écrivain ?

A l’âge de 10 ans, j’avais écrit un poème dans lequel je décrivais l’arrivée d’un train et son  énorme machine à vapeur au charbon qui venait de m’impressionner au plus haut point.

  • D’où vous vient la passion d’écrire ?

Ma mère m’avait offert une sorte de guignol, en bois avec des marionnettes et j’organisai des séances avec tous les enfants du quartier en inventant des aventures pour les passionner. J’ai toujours aimé raconter des histoires et plus tard, j’ai compris que l’écriture pouvait être le bon relais pour cela.

  • Quels auteurs vous ont inspirés ? Plus généralement quel(s) type(s) d’ouvrages aimez-vous lire ?

J’ai beaucoup aimé lire Blaise Cendrars, l’or fut mon préféré, le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway, les nouvelles extraordinaires d’Edgar Poe et celles de Somerset Maugham, ainsi que Les Thibault de Roger Martin du Gard. J’aime bien les romans où l’on peut se perdre dans une fiction qui nous amène à réfléchir sur notre devenir. Les nouvelles pour cela, lorsqu’elles sont bien construites sont d’excellents révélateurs car l’auteur doit aller à l’essentiel.

  • Comment avez-vous déterminé le thème de votre ouvrage, son titre ?

Je me suis battu depuis plus de quarante ans pour imposer la protection de la vallée de Chevreuse et je suis devenu un des principaux fondateurs de l’actuel parc naturel régional. J’ai beaucoup écrit sur ce thème de la protection de la nature en zone périurbaine et je me suis rendu compte que, même si ce sujet était important, il pouvait être ennuyeux à la longue. C’est pourquoi j’ai voulu écrire un nouvel ouvrage où je parlerai de la vallée de Chevreuse et de son extrême fragilité aux portes de Paris par le biais d’une fiction.

Pour le titre, j’ai pensé « les châtelains » ou « la vallée de Chevreuse » mais j’ai préféré « sans effraction » qui est une des clés du mystère développé dans le livre.

  • Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ce livre ?

Je voulais animer, par une fiction, ce microcosme chevrotin, qui est toujours guidé par l’idée de la protection du patrimoine, témoin du passé glorieux de cette région.

  • A quoi attribuez-vous votre succès ?

Lorsque j’écris, je cherche toujours à captiver mon lecteur pour qu’il ait envie d’aller plus loin. Pour moi, chaque chapitre, chaque paragraphe doit être traité pratiquement comme un petit roman autonome, tout en suivant le fil conducteur de l’ensemble. Je me relis régulièrement et si cela ne me plait pas, je corrige car je pense que cela ne plaira pas non plus au lecteur.

  • Comment êtes-vous parvenu à vous faire connaître ?

Lorsque j’ai commencé à militer pour que la vallée de Chevreuse ne soit pas transformée en une banlieue, car c’était ce qui était prévu dans les schémas directeurs, tout le monde m’a dit que c’était le pot de terre contre le pot de fer !

Après tant d’années et avec la réussite du projet, je fus reconnu localement. La publication de mes livres a amplifié cette réputation.

  • Quel type de lectorat avez-vous visé ?

Dans ce livre, j’ai voulu m’intéresser à un lectorat plus large, qui ne soit pas uniquement un habitant de la vallée de Chevreuse, afin que chacun puisse comprendre et apprécier ces lieux, même sans les connaître.

  • Quel conseil donnez-vous à ceux qui souhaitent devenir écrivains ?

L’important est d’abord de ressentir le besoin, soit de porter un message, soit  de raconter une histoire. Ensuite et surtout, il est nécessaire de trouver les mots appropriés. Enfin il ne faut pas craindre la critique et souvent avant d’être édité, de ne pas hésiter à se faire relire par ses proches.

  • Un dernier conseil pour ceux qui le sont déjà ?

Persévérer ! Il ne faut jamais oublier que Marcel Proust, considéré comme le meilleur écrivain du 20éme siècle, a dû éditer son premier texte à compte d’auteur !

  • À quand votre prochain ouvrage ?

Il est en cours de préparation, je n’aime pas trop en parler car je ne sais jamais si j’arriverai au bout.

Afin de vous procurer l’ouvrage de Dominique Julien-Labruyère, cliquez ici.

Connexion

Fermer