Actualité
La Parole aux auteurs – Christian Belloir
20/11/2016
0

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir l’interview de Christian Belloir, auteur de Un ange approche, coup de cœur du mois !

  •  Le principal trait de mon caractère ?

Quelqu’un a dit de moi un jour : « Une main de velours dans un gant de fer », je trouve que cela me va assez bien !

  • Ma drogue favorite ?

L’écriture !

  • Ce que je voudrais être ?

Pouvoir vivre de l’écriture. J’écris depuis toujours des textes de chansons et j’adorerais travailler avec des artistes chansonniers.

  • Ce que je déteste par-dessus tout ?

La méchanceté.

  • Le métier que je n’aurai pas aimé faire ?

Une carrière politique.

  • Mes auteurs favoris ?

Marcel Pagnol, Gilbert Cesbron, Yves Navarre, Boris Vian et ….les grands auteurs russes !

  • Mes héros favoris dans la fiction ?

Tintin !

  • Mes héroïnes favorites dans la fiction ?

J’aime beaucoup Meryl Streep, car elle dégage une humanité bouleversante.

  • Mes héros dans la vie réelle ?

Ce sont mes quatre enfants.

  • Mon juron, gros mot ou blasphème favori ?

Ce n’est pas réellement un gros mot mais j’ai tendance à ponctuer tous étonnements par un « Oh my God ! »

  • Mon état d’esprit actuel ?

Il est temps que quelque chose d’excitant se passe dans ma vie !

  • Ma devise ?

Ce qui est pris est pris.

  • L’origine de mon histoire ?

Un soir, alors que je corrigeais des copies sur mon canapé en écoutant distraitement un documentaire sur Lénine, le reportage évoqua très rapidement la mort tragique de la famille Romanov. Au lycée, comme tout le monde, j’avais étudié en terminale la révolution bolchevique mais, pour être honnête, je n’avais pas souvenir de cet épisode particulier. La monstruosité de cet acte m’a atteint de plein fouet ! Je me suis jeté sur mon ordinateur pour en savoir plus.

  • Ce qui m’a donné envie d’écrire ?

Les jours suivants, cette histoire ne me quittait plus. Etant moi-même enseignant auprès de jeunes élèves, le sort de ce garçon fragile me tourmentait. J’ai alors commencé à lire tout ce qui pouvait avoir trait à ce drame, allant même jusqu’à acheter un livre 150 € du fait de sa rareté et devant au final couper au couteau les pages encore coller entre elles ! Lire la pièce de théâtre qu’Alexis a joué avec sa famille lors de sa captivité a été particulièrement troublant pour moi.

  • L’origine de mon titre ?

En parlant de la mort qu’elle pressentait, Alexandra, la tsarine, disait : « L’Ange arrive ». Il m’a semblé que cette formule était parfaite pour mon titre. Tout d’abord, elle avait un fondement historique. Ensuite l’ange est tout à la fois la mort mais aussi l’enfant qui revient raconter son calvaire, toujours à la recherche d’une compréhension des choses. Enfin, la douceur du titre est une façon de mettre en peu de baume sur cet abîme.

  • L’origine de mes personnages ?

Tous les personnages ont existé.

  • Mon personnage préféré ?

Alexis est mon héros et il incarne le mieux le contraste entre la beauté de l’enfant et la laideur des acteurs de cet infanticide.

  • Secrets sur mon histoire ?

J’ai travaillé trois mois à raison de 4 ou 5 heures chaque nuit. Le souffle de l’inspiration était si puissant que les mots ont coulé tout seul du début à la fin, jusqu’à mon propre épuisement !

 

Afin de vous procurer l’ouvrage de Christian Belloir, cliquez ici.

 

Connexion

Fermer