Actualité
Idée reçue #3
08/01/2019
0

Votre idée reçue de la semaine :

« Le numérique va tuer l’édition. »

Pour comprendre cette idée reçue, il faut essayer de comprendre exactement de quoi nous parlons. Le numérique fait référence à la diffusion sous format numérique des ouvrages, et l’édition probablement à l’édition dite « traditionnelle », c’est-à-dire avec une diffusion au format papier des ouvrages.
Mais pourquoi l’un serait-il le meurtrier de l’autre ?
La crainte communément partagée est que les ouvrages numériques, souvent moins chers, ne drainent les ventes des ouvrages papiers.

  • Les livres « papier » ne sont pas prêts de disparaître

Il faut tout d’abord savoir que même aux États-Unis, où l’e-book connaît un fort succès, le pourcentage d’ouvrages vendus sous ce format est de 40%. Cela peut paraître énorme, mais cela signifie aussi que 60% des livres y sont vendus sous format papier. Par ailleurs, même en revenant en France, les e-books ne constituent qu’une petite part des ventes, même si c’est une part en augmentation. Les ouvrages numériques qui portent cette augmentation appartiennent plus au marché professionnel, comme l’édition juridique.
De plus, il est assez probable que les livres papiers ne disparaissent jamais vraiment du paysage culturel français. D’un point de vue purement culturel, en France, le livre est considéré comme un objet d’art, quasi sacré, il est donc peu probable d’imaginer sa disparition.

  • Les ouvrages numériques, un nouveau medium

Il serait probablement inutile de lister ici tous les avantages qu’un livre numérique (ou tous les avantages du papier). L’e-book, de par son accessibilité sur un outil que l’on utilise tous les jours, permet de toucher un autre public, un public qui achète peu de livres sous format papier, ou même un public qui voyage énormément, et n’a pas le loisir de prendre avec lui ses livres. Mais ce nouveau public comprend également des personnes plus âgées qui ont des difficultés avec la taille de police des livres imprimés, et sont ravies de pouvoir agrandir cette dernière sur une tablette !
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le livre numérique ne « vole » pas de lecteurs au livre papier, mais ouvre l’ouvrage à un tout autre public, et élargit donc l’audience de celui-ci.

  • En conclusion

Le livre numérique ne va pas dévorer l’édition traditionnelle, contrairement à ce qu’on entend souvent. Bien à l’inverse, cette opportunité peut ouvrir le livre à d’autres horizons et d’autres possibilités. Il est important pour une maison d’édition d’avoir conscience de cette opportunité et de savoir la saisir. C’est pour que cela que beaucoup de maisons d’édition s’engagent dans cette voie du numérique, avec parfois un excès de prudence.

Alors, convaincu(e) ?

N’hésitez pas à nous transmettre une idée reçue sur le monde du livre à marketing@publibook.com ou sur Facebook !

Découvrez toutes nos idées reçues :

Cliquez ici

Connexion

Fermer